Semonce de l’été

Holly Mount Orchard Voici la semonce de l'été. Il importe peu que ce soit ici une petite ville qui, se dépeuplant de ses étudiants, se prépare à l'assoupissement - banlieues mélancoliques, métropoles trop sûres d'elles, vallons d'herbes et d'oiseaux, l'appel est le même. Le fond de l'air a une odeur de résine et de feu…

Colonies

Pays obscur de la mémoire, pays à trappes et à trous, dense comme la moisissure sublimant le fruit qui s'émousse, comme la forêt depuis le seuil où l'on hésite. Par-dessus s'étend la fine strate que l'on nomme le présent, pour aller vite, et sur lequel on avance pas à pas, tâche après tâche, les uns…

Souvenirs de ma ville

D'abord, le beau texte de Joséphine Lanesem sur l'exil, qui m'entraîne à sa suite sur les sentiers de la mémoire, sentiers d'eau et de clarté, "de fleuve à ciel". Voici le Rhône puissant, la Saône sa petite sœur, et les collines jumelles : celle qui prie, celle qui travaille. Sur la colline qui prie, désormais consacrée…

Quelques souvenirs de rideaux

Pour répondre à l’invitation de Joséphine. La chambre de la loggia est la plus grande de la maison strasbourgeoise. C’est aussi la plus belle, non seulement grâce à l’harmonie de ses proportions, au moelleux de la moquette, à l’angle de la poutre brune où sont épinglées des photographies, mais surtout parce que l'ouvre largement en son centre l’unique…

Monsieur T.

- Vous avez de beaux yeux. - Haha, tu trouves ? Dommage que mes oreilles les cachent ! ... - Ah, Quyên ! Bonjour ! Et alors, qu'est-ce que vous faites donc en Khâgne ? As-tu lu Heidegger, Quyên ? L'as-tu lu ? Et Hegel ? Qu'en as-tu pensé ? Cest un génie, n'est-ce pas…