Ce qui reste

  ... et pourtant à toutes choses les mots ne sont pas bons. Certaines, les laisser décanter, un an au moins, que les oripeaux du reportage s'effritent et que reste, sinon ce qui devait rester, ce qui reste vraiment. Et si la cicatrice est encore sensible, écrire. A Sainte-Anne la première fois on se perdit…

Quetzalcoatl

    La brise froisse à peine l’ourlet de mon rêve Le silence est ardent A l’Occident fulmine un symbole inconnu Fendant le bouclier riveté de la nuit Dérive magmatique Cuirassé de consonnes un dieu étranger Le feu de ses écailles a fauché les étoiles Et sous le vent de ses plumes s’ébroue Un peuple…

Khôlle

A la Maîtresse W. J’ânonnais encore lorsque le diagnostic tomba : Lecture de myope. Mes œillères de sourde frémirent Fossiles de branchies Exsangue sur la civière où bavait son sang D'encre Céline - Louis-Ferdinand - résistait Sans un mot (le croirez-vous) Stoïque ou ahuri A l’égratignement de ma vénération Du démon torrentiel de sa langue…

Bredouille

Fouillé partout dans mes classeurs de grec pour chercher un texte que je voulais traduire, à l'exemple de Joséphine. Ironie du sort, c'est l'amour que m'inspirait ce texte qui le soustrait aujourd'hui à mes recherches : ne l'avais-je pas diligemment retiré du classeur pour le serrer dans quelque pochette destinée aux coups de cœur ? Pochette aussi…