Combien manque

* Combien manque à mon corps ta somme de splendeur l'impossible impalpable indubitable feu qui m’absente à mes jours m'aveugle à leur couleur est-ce la nuit qui déborde ses rives le paradis qui maraude en deçà ? (telle brûlure dans la pulpe du rêve vive plus que tout souvenir) - C'est ainsi que je te…

Nœud (2)

Au milieu de la vie je dénombre les nœuds encore là noués La Seine antique évente autour des peupliers le bleu que prend le soir tremblant au bord du noir et les rires les rires des marcheurs qui ne halent plus rien sans ombre dans la nuit m'écorchent Ô silence silence qui sans répit m'assoiffe…

Ceci et cela

dix ans le monde en son essor a poussé des racines puis la ramure où se tend vagabonde l'innombrable voilure du ciel dans l'herbe des talus et l'ombre des taillis j'ai appris ânonnant les gammes de la joie à compter les saisons et parfois le jour m'ayant heurtée au diapason du vent je perçois le…

L’arbre de la foi

A Jehanne * l’arbre de la foi ? je suis couchée dessous le ciel se ceint de feuilles cela suffit peut-être doucement y bourgeonnent les ailes des anges leur voix de plumes ce long silence d’en-deçà de la racine obscur et étranger plus encor que la chair par-delà la feuillée le ciel joue à plier…

Sur Le Cirque bleu

* Approche mon aimée Cette nuit est propice Dénoue ta longue natte et ombre tes paupières Du pigment bleu des songes - Ensemble pénétrons dans les eaux giboyeuses Entends-tu bien-aimée Hennissant de désir sous l’archet de la lune La verdeur vagabonde de l’été ? Garde-toi de son œil plein de mélancolie D’autres s’y sont noyés…

Blanche

Dans ma tête intermittente une ville dérive blanche Il suffit que conspirent dans un angle ébloui un mur et un rayon : oblique je bute – les jeux sont ainsi faits – à la racine du mystère Dans les éclats de ma chute se lèvent aveugles et prémonitoires des tours au front de phares un…

Scarcity

And here I am Sitting in a mizzle between two sunny spells My insides full of unspoken words Which stir and churn and seethe and swirl Am I sitting they make me stand Am I standing they make me fall And lying down they make me cry A broken-winged call. All too common, the need…

Musaraigne

Homme Tu es sur la terre pour plus De souffrance et de joie qu'il n'y a D'abeilles aux lèvres du soleil De sève aux paupières des forêts De peine à la racine des dents Le reste n'est pas ton lot Aussi Dévêts-toi de ton manteau de pluie Délivre tes épaules de la maille étroite Des…

Perdre

A telle heure trépassée L'éblouissement Au destin m'a dérobée Interroger la perte : voir resurgir l'âpreté de grandir c'était t'en souviens-tu laisser en soi le temps creuser le lit de nuits avides la sculpture du vide modeler monacal le volume d'absence dont la forme en chacun intimement dessine le contour(nement) cru de ses propres carences…

Le vent de l’incendie

Est-il vrai que de ton corps ils ont brisé l'arc Qu'ils l'ont emprisonné, corseté d'ombres blêmes Et qu'ils l'ont mis au pas, troué et menotté ? Ils sont venus hautains par la route du soir Jeter contre mon seuil leur morgue et leur victoire Mais de leur bouche amère Suintait une souillure qu'ils ne voyaient pas…

Un dimanche

La journée avait pourtant bien commencé. Six mots qui sonnent comme l'incipit d'une nouvelle à chute ? Désolée, amis, rien de tel. A moins que... Fin de matinée. Dans le miroir, au sommet de mon crâne, se dresse une chose étrange. Serait-ce... ? Oui, un cheveu blanc. Je ne suis pas choquée, ce n'est pas…

Le dos à l’Ile

A Joséphine ... Que la route te soit belle Comme tu remontes le printemps Légère, c'est promis D'amandier en peuplier Vers un pays de noirs mélèzes Sème derrière toi L'éclat des oliviers La mélodie des pins Tresse leurs parfums Que je suive ta route Les brumes du Nord Tendres et traîtresses Sous ton pas feront…

Haïkus pour une impasse

I Assis sur le banc Tu retiens le flot De ta gorge à mes cheveux ... Par nos mains qui ne se touchent Les dieux viennent de sceller Notre lâcheté ... Sur la route où tu vas seul La palme du souvenir - Pourvu que le vent... II Je ne peux imaginer Ma vie ni…

Sternes

. . . Sternes, d'un pôle à l'autre lancées A la poursuite de l'été Cargos, sur la plaine stérile Poussant des rêves mercantiles Quand se rencontrent vos sillages Incandescences de passage Que semez-vous ? Écume et plumes Vaines oboles à la brume D'autres tentant leurs migrations Grevés d'une ancre d'espérance De leur vie feront libation…

Au Marché aux Oiseaux

D'abord une enfilade de cages Puis à l'écart, sur une table, sous une toile Une fraction de tronc Quelques départs de branches Un envers de bonsaï Le bec fourrageant sous un épis lourd de grains Et l'aile oblique, faussement sage (Vois l'éclat mal terni d'un soleil fait de plume !) Indifférent au jacassement de ses…

Un temps à jardiner

Il fait un temps à jardiner Impossible de l'ignorer Le ciel est tendre La brise tend Une joue amicale Entre les berges la rivière Dans son armure de reflets Se souvient d'avoir été dragon Sur les branches nues la lumière ramifie Une très vieille fièvre échappée du secret La ville vacille au bord du printemps…

Sur le jonc

Qu'ici grâces soient rendues à l'humilité du jonc oriflamme des marges oblique trait d'union par qui s'épousent l'eau et le vent Souple sans langueur effilé sans être acerbe sachant plier comme fendre flûte ténue où la bise à la cime du courroux susurre à peine Omis dans la comparaison pâle dans le souvenir subtil comme…

Mon amour est

Mon amour est sans quotidien Il lève une moisson de glaives Devance une explosion d'aurores Où s'engloutissent les midis O jours, o nuits éblouis ! Mon amour est sans changement Il va par des chemins abolis Dans le saisissement de la gloire D'une foulée héraldique Rythme premier et rythme ultime Mon amour est sans concession…