Février

Envie aujourd’hui de poster de nouveau ce poème écrit il y a quatre ans. Contrairement à d’autres que j’ai commis, je l’aime encore. Il faisait clair dans la petite salle où j’attendais mes étudiants. C’étaient de grands garçons qui, bien qu’hésitant encore à devenir des hommes, partageaient dans leur essence l’audace du perce-neige. Avec eux aussi, je jardinais.

In the Writing Garden

Le ciel est tissé de lumière
A travers les champs célestes
Voguent des voiles de fête
Et fusent les flèches solaires

Sous l’obscur velours des paupières
L’incandescence demeure
La forteresse intérieure
Est éventrée – tout est offert

Les secrets que l’ombre resserre
Désirs, songes et pensées
A travers ciel projetés
Se dissolvent dans la lumière

Sur tes iris de métal clair
Tes paumes de pierre polie
Toute tristesse abolie
Je reconnais le printemps vert

Par tous les pores de ma peau
Moi qui oubliais de vivre
Comme au zénith l’oiseau ivre
Je file au son du chant nouveau.

Illustration de Georges Lemoine.
Vous pouvez lire un entretien très intéressant avec l’illustrateur ici.

View original post

Advertisements

Blanche

Dans ma tête intermittente une ville dérive blanche Il suffit que conspirent dans un angle ébloui un mur et un rayon : oblique je bute – les jeux sont ainsi faits – à la racine du mystère Dans les éclats de ma chute se lèvent aveugles et prémonitoires des tours au front de phares un … Continue reading Blanche

Je lis

Je lis les poèmes d’une amie dans le petit matin gris sur la couverture deux saules bleus se penchent sous l’arche de leurs pleurs feinte de pluie d’été une lumière vive passe une barrière derrière certainement, un champ un alpage un pâtis un invisible pré toute aile déployée une preuve du vent le petit matin … Continue reading Je lis

Forest

Will you, ere my demise Let me step inside you Brother oh my forest That on the purple paths love winds into your depths I might once again walk And marvel once again Still flowering your chest The vines of destinies Some glib life would confine to thin dreams But for your breath Nestled under … Continue reading Forest

Archery

They say you never know Why you love somebody But it is for that time Beyond your time when all Those arrows loosed blind from young hearts overbowed Meet unexpected gold And chime Hear ! the call is coming home Over night-rooted crests Waking deep sullen wastes (oh years for not much gone oh life … Continue reading Archery

Westernmost

  Of these westernmost lands My child Will you long remember Between soft folds of velvet green Paler, darker – oh winds’ fancies The silvery song of streams ? With every further step you take Towards shorter summer Its soflty spoken rhyme will fade Its call will sound thinner Yet in the deeper still waters … Continue reading Westernmost

Longing

End of April. Plane trees - platanus hispanica - are now sailing along in the clear morning light. Horse chestnut-trees and paulownias have reached the peak of their beauty. The time of the euphorbia has passed. The time of the wisteria is drawing to an end.   (Euphorbia near Pernety, purple wisteria in Rue des … Continue reading Longing

lullaby

waves in the morning rays in the night the light is shining through through your body brother time flows in circle and where it falls into Eternity you breathe again and rise early on its way age is coming so fades my memory still my heart waits brother still my heart waits in love