Sur Le Cirque bleu

* Approche mon aimée Cette nuit est propice Dénoue ta longue natte et ombre tes paupières Du pigment bleu des songes - Ensemble pénétrons dans les eaux giboyeuses Entends-tu bien-aimée Hennissant de désir sous l’archet de la lune La verdeur vagabonde de l’été ? Garde-toi de son œil plein de mélancolie D’autres s’y sont noyés…