Sonnet sur l’exil

Et puisque nous sommes de naissance exilés Suspendus par la soif aux fontaines taries Sans mots devant les arbres qu'un rayon nourrit Assez pour toucher ciel et s'y enraciner Et puisque nous roulons nos manques et nos peines Pierres sur lesquelles aucun dieu ne construit Sa maison éternelle, et qu'à goûter les fruits Du Jardin…

Ensemble

Inconnaissante comme le vide au cœur du bois qui ne se peuple que sous l'archet j'appartiens au hasard des rencontres ma conscience n'est que de recevoir à chaque pas dans la ville et sur les chemins creux l'étoilement de l'arbre le signe de l'oiseau l'autorité de l'herbe ô perfections de formes et d'ondes et je…