“Je ne suis rien”

Les hasards de WordPress me renvoient ce matin à un extrait du Bureau de tabac de Pessoa qu'Andréa avait eu la bonté de partager l'an passé sur son blog (merci encore !). Je le relis, me demandant comment j'ai pu oublié l'avoir lu. Depuis longtemps, je ne m'inquiète plus de la disparition des monceaux d'inutiles…