Mon amour est

Mon amour est sans quotidien
Il lève une moisson de glaives
Devance une explosion d’aurores
Où s’engloutissent les midis
O jours, o nuits éblouis !

Mon amour est sans changement
Il va par des chemins abolis
Dans le saisissement de la gloire
D’une foulée héraldique
Rythme premier et rythme ultime

Mon amour est sans concession
Aveuglant et aveugle
A l’égrènement des douceurs
Aux paix conquises de lancinante patience
Aux humbles victoires bâtissant le bonheur

Las ! Regarde-le briller
Dans la cendre des mondes
Main dans la main avec la Mort
Nécessaire compagne
De tout resplendissement

Vois comme il va sans merci
Sans pudeur et sans patience
N’épargnant à aucune lumière
La pointe extrême de sa beauté
Printemps sans promesse d’automne

Oui, regarde-le donc
Incommensurable à la tâche de vivre
Creusant la chair de mon âme
De mirages arides
D’insondables ravines

C’est à croire que cette blessure
Fut conçue de toute éternité
Incurable et sans partage
Et sous son inaltérable sceau
La chute m’était impartie

Reste la dissolution
De toute mémoire charnelle
Et de tout poids
Spirituel

Advertisements