Combien manque

* Combien manque à mon corps ta somme de splendeur l'impossible impalpable indubitable feu qui m’absente à mes jours m'aveugle à leur couleur est-ce la nuit qui déborde ses rives le paradis qui maraude en deçà ? (telle brûlure dans la pulpe du rêve vive plus que tout souvenir) - C'est ainsi que je te…

L’arbre de la foi

A Jehanne * l’arbre de la foi ? je suis couchée dessous le ciel se ceint de feuilles cela suffit peut-être doucement y bourgeonnent les ailes des anges leur voix de plumes ce long silence d’en-deçà de la racine obscur et étranger plus encor que la chair par-delà la feuillée le ciel joue à plier…

Juniperus thurifera

Nulle trace de vent. Le feu de l’été assiégeait de cigales le sentier des thurifères. Chaque pas entêtait de rêves la feinte fugue des rochers et, par la plus infime anfractuosité puisant un souvenir d’eau, l’ami genévrier distillait la lumière comme lui toujours jeune - car l’Eternel lui fit la promesse d’infuser son humble bois…

Sous l’arbre

(En découvrant Serge Wellens) Sous l’arbre attend mon amoureux Il est couché, l’arbre est debout Et leurs ombres s’embrassent La colline tend son oreille calcaire Aux lointains du berger Et sans détour Déshabille ses reliefs Pour le rythme qui les sculptera Dans le soleil Sous l'arbre mon amoureux - La chair m'a fait mentir -…