Sur Le Cirque bleu

* Approche mon aimée Cette nuit est propice Dénoue ta longue natte et ombre tes paupières Du pigment bleu des songes - Ensemble pénétrons dans les eaux giboyeuses Entends-tu bien-aimée Hennissant de désir sous l’archet de la lune La verdeur vagabonde de l’été ? Garde-toi de son œil plein de mélancolie D’autres s’y sont noyés…

Si j’étais toi

Si j’étais toi Je noierais le souci de mon nom Dans les eaux d’un torrent Et l’y laisserais là. En attendant ce jour En toute frontière considère l’horizon : La promesse enivrante et l’appel à franchir Chaque sommet livré à l'emprise du ciel A l’arbre de l’hiver emprunte ses chemins Nus et déterminés. A l’arbre…

Vous en reprendrez bien encore un peu ?

Compagnons d'écriture et amis lecteurs, Maintenant que les appétits sont apaisés et les esprits sustentés, j'ai l'honneur et la joie de déclarer gagnants de cet Agenda de rentrée consacré aux épices ... ... la série Hourvari au Cagibi de Martine l'Ecritur'bulente, et le Pique-nique en forêt de Carnets Paresseux ! Si vous ne les avez pas lus, précipitez-vous…

A table !

Pour inaugurer l'automne, saison dont la raison d'être est évidemment d'amasser de quoi réveillonner en beauté, je vous avais invités à épicer l'Agenda ironique. Or, comme nous sommes tous conviés ce jour à un festin concocté par la joyeuse bande des épices de Martine, voici les mets apportés par quelques aimables commensaux. Soyez sûrs de…

Mue

Un matin tu te lèves, l’été n’est plus là. Le fond de l’air est blanc. Un voile émousse toute pointe de couleur et de son, une astringence travaille l’espace. Bien que loin de toute campagne, tu perçois dans cette infusion de brume l’haleine des vallons où s’embrasent sans chaleur des rousseurs éphémères. Ainsi se réincarne…

Raconte

- Il n'y a plus que nous. C'est l'heure des histoires. Raconte. - Que veux-tu que je raconte ? - Raconte les miracles qu'il y a eu ici aussi. Raconte-les tous. - Des miracles ? Tu t'adresses à la mauvaise personne. Tout est là. Il n'y a rien d'autre. - Tout ? Ces pierres, d'autres…

Ligne de fuite

Il avait tant l'habitude de perdre, au black-jack et au monopoly, au tennis et des contrats, ses mots et ses clés, son sang-froid et son latin, qu'après avoir égaré tour à tour (sans que cela fût perdu pour tout le monde puisque d'autres, dont l’accointance avec la perte tenait moins du destin, surent en tirer…

Parole de sécateur

Je n'ai pas vraiment d'identité à décliner. La marque de fabrique, l'année de production, toutes ces vétilles d'état civil ont été emportées par les frottements et la sueur des années. Mon manche écaillé qui fut vert et la vis tachée de rouille qui cheville la croix déguisée de mon corps feraient mauvais effet sur le…

L’île de l’éternel printemps

Cela prend forme. A l'horizon s'échafaudent en toute hâte de menaçants étagements d'anthracite et d'outremer. Et c'est le déploiement - une vaste coulée magmatique qui procède à la conquête du ciel. Ce ne sera pas le simple coup de grain - cette brusque germination de la tempête semblable à l'éveil au désert, sous le baiser de la…