Un cadeau de Cadou

Aujourd'hui, je fouillais mon Cadou pour trouver un poème à étudier avec Hana - notre anniversaire, pas sans poésie. Noté celui-ci et recopié celui-là, crochetée au passage par une cadence ou une image qui, à la relecture (mais sait-on lire quand on manque autant de sommeil), s'est déjà ternie. Alors j'ai donné congé à mes…

De Tony à Frankie

Mystérieuse circulation des sensations dans et par les mots. Il y a Tony qui a dû évacuer sa maison de la vallée de Santa Clara à cause des incendies qui ravagent la Californie, et qui partage une image du ciel étouffé de fumées, entre les arbres et les cables électriques. Je lui écris de prendre…

Last day

That's it. It's done. This was my last day working for the school. I can't complain, my contract was extended to cover the whole school year when I should have stopped at Easter. I was already on borrowed time. It hurts. Back in France, in my previous life, I jumped through the hoops of an…

Birthday boy

Last minutes of his eleventh birthday. I am not quite sure why I feel the need to write this tonight. He has always been his own little person. His English grandparents said of him, when he was a toddler, that he had his own agenda. Yet he was not really stubborn - on the contrary,…

Optimisme

deux choses que je me suis dit que je devais noter aujourd'hui lesquelles déjà pour la syntaxe revenez un autre jour de moindre fatigue seems like the other half - what an absurd expression - may have emailed himself out of a job et nous potentiellement - encore un mot horrible - out of our…

Ecole encore (récit de rêve)

Ecole de nouveau, mais cette fois, dans les univers souterrains familiers (intérieurs sans fenêtre, couloirs en lumière artificielle, mon inconscient de fourmi). Je suis quelque chose d’indéfini, plutôt élève que professeur. Nous sommes en assemblée, assis sur des bancs de part et d’autre d’une allée comme à l’église. Eloi fait des bêtises avec je ne…

Ecole idéale (récit de rêve)

(Sieste de fin d’après-midi) L'école. Plus que les bâtiments réels, leur esprit magnifié - une atmosphère de prestige et de grandeur sereine. Dans la grand-salle que de larges baies vitrées ouvrent sur le parc, les élèves et leurs parents sont rassemblés pour une célébration de fin d’année. Une brise de fin d'après-midi met un mouvement…

Pères

  A H. Tu m'as accompagnée de rêve en rêve l'autre nuit. Nous constatons que nous avons le même bout de pays ouvert sur Google map dans nos téléphones portables. Sur ta version, une longue plage occidentale, des eaux transparentes infusées de soleil. Sur ma version, le même endroit, mais présenté sous l'aspect d'une carte…

Bazar free

Le pays va à vau l'eau, le bouffon va polluer les informations et détruire des vies pendant cinq ans, sans parler du Brexit. Cependant, la Saint-Nicolas est passée, le sapin est décoré, et dans la pile des cartes de Noël obligatoires en Angleterre, j'ai trouvé ce dessin de mon fils (pour sa marraine). Commentaire :…

La route du matin

  A Marie, nautonnière du matin Dire la nouveauté d'une vie où à l'heure matinale se conjuguent, non plus de parcimonieux reflets de ciel sur des trottoirs humides, mais des champs, des bois, des chevauchements de vallées, et les rayons ininterrompus de l'hiver. Ainsi donc, le matin. Ne spéculons pas sur le fait qu'il me…

Etonnements

Le temps m'a manqué pour vous parler des bouquets d'or et de bronze dont l'automne mûrissant emmitoufle la route du retour (lente reptation dans la campagne du Kent), dont la beauté m'ébahit au point qu'il me semble un jour avoir été projetée par un virage dans la seconde forêt du Bal des douze princesses, ou…

Avenirs

Tard de nouveau. Fatigue, mal au dos, courbatures. On galope dans les écoles secondaires du coin, d'open mornings en open evenings, d'executive headteacher en managing director of studies, de grandiloquentes présentations sur Powerpoint en statistiques de GCSE (brevet) et A-level (bac), tentant d'avaler un dîner ici et là, poussant des gosses ahuris ou un peu…

Céleste

Il sera bientôt six heures. Je pousse la porte rétive du bâtiment où la petite prend des cours de danse. De l'autre côté du lourd vantail de fer, l'automne fait le beau. De cette éclaircie, lisse comme l'innocence entre deux averses tempétueuses, je sais ce que vaut le sourire. Cependant, sur l'asphalte où l'habitude gare…

Ce qui reste

  ... et pourtant à toutes choses les mots ne sont pas bons. Certaines, les laisser décanter, un an au moins, que les oripeaux du reportage s'effritent et que reste, sinon ce qui devait rester, ce qui reste vraiment. Et si la cicatrice est encore sensible, écrire. A Sainte-Anne la première fois on se perdit…

Chemise blanche

Il est trop tard, je dois me lever très tôt. Autrement dit : il ne faut surtout pas commencer à écrire. Comment comprendre le fait que l'écriture ne me vient plus qu'à contretemps, talonnée par quelque autre nécessité qui la presse de céder la place ? J'écris donc à la va-vite, pensant encore moins que…

Wensleydale

  A l'autre bout du train, il y avait Oxenholme (plus tard rebaptisée Bullshead par la puînée, dont la mémoire fantasque avait retenu l'image des bovins), avec sa gare en équilibre à mi-pente, puis les méandres de la route comme une projection de ceux de l'horizon, Sedbergh, Garsdale Head et enfin Bainbridge, pont-sur-la-rivière-Bain, et la…

Childhood

And whilst I busy myself with plants only a handful of people will get to enjoy, words fly asea and children grow. We emerge from the Docklands Light Railway under the imposing hull of the Cutty Sark. Above Greenwich, clouds and sun weave a fine maritime sky perfect to blow wind in our imagination. Your…

La plaie du ciel

Traces d'élans morts-nés. Ce blog va changer un peu pendant quelques temps. Puisque les choses insistent à disparaître aussitôt qu'elles apparaissent, je jetterai ici l'écume salie qui m'en reste. De ces élans, les mots auront l'imprécision, sinon l'éclat passager. N'y cherchez pas d'ordre, ni de sens. Je goûte peu les manquements à la syntaxe. Ils…