Scène dominicale (ou Ça commençait bien mal).

A Nanou Exploit : nous ne sommes presque pas en retard, la prière pénitentielle n'a pas commencé. Blanc et or dans le sanctuaire, le curé déroule une phrase dont nous avons manqué les prémices. Mon oreille détecte un fond d'impatience dans sa voix, une très discrète nuance de sarcasme, et aussitôt mes antennes se dressent : "...et … Continue reading Scène dominicale (ou Ça commençait bien mal).

“Comme si tu étais par naissance une exilée”

Dit celle qui sait voir. Déjà posté quelque chose aujourd'hui. Faut arrêter de bloguer comme une ado attardée. Lâcher le clavier. Cette addiction, inefficace cataplasme de mots. Le texte d'aujourd'hui, par exemple, artificiel, propret, tout ça, des mots auxquels il faudrait foutre le feu pour y faire naître une lueur. Ne dit rien de comme … Continue reading “Comme si tu étais par naissance une exilée”

Longing

End of April. Plane trees - platanus hispanica - are now sailing along in the clear morning light. Horse chestnut-trees and paulownias have reached the peak of their beauty. The time of the euphorbia has passed. The time of the wisteria is drawing to an end. (Euphorbia near Pernety, purple wisteria in Rue des Thermopyles, … Continue reading Longing

Quelques souvenirs de rideaux

Pour répondre à l’invitation de Joséphine. La chambre de la loggia est la plus grande de la maison strasbourgeoise. C’est aussi la plus belle, non seulement grâce à l’harmonie de ses proportions, au moelleux de la moquette, à l’angle de la poutre brune où sont épinglées des photographies, mais surtout parce que l'ouvre largement en son centre l’unique … Continue reading Quelques souvenirs de rideaux