Ce fut le jour où le dieu né à Délos posa son regard sur la montagne au-dessus de la plaine de Crisa que le bleu naquit.
Le dieu vit la montagne, et de la montagne il vit la mer, au-delà de la longue plaine noyée d’oliviers où s’ébattaient les farouches, et le dieu dit :
Ici je révèlerai à tous
les desseins des Immortels.
Un bateau passait au loin faisant voile vers Pylos.
Dans le coeur du dieu qui ne connaissait que la lumière et sa forme sonore, quelque chose vint à être qui était l’ombre de la lumière, un amoindrissement, un attendrissement, une larme frontalière.
Les lèvres du dieu se mirent à exister, et le froid sur le globe oculaire quand l’hiver réclame une plaie, et la contraction de la mâchoire, amère, qui appartient aux hommes mortels.
Pour la première fois, entre l’inspiration et l’expiration – car les dieux respirent, le savais-tu, et même saignent – il y eut une suspension.
Ce fut le bleu.

A l’invitation de mon amie Joséphine Lanesem, qui poursuit une merveilleuse exploration des couleurs. Son texte sur le bleu.

4 thoughts on “Bleu (février – Delphes)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s