Marcher : cette houle
creux après creux
crête après crête
sur les reins de l’élan

à chaque souffle son trébuchement
à chaque chute son étonnement 
une cambrure
et puis la résurgence 

et de l’œil jusqu’à demain
la flèche le filin
où se suspend l’instant

(la foi est une incantation infime)

d’espace en espace 
conquis et renoncé
incessamment s’avancent
front après front de verdeur

à chaque brin, le rêve 
de sa frange de lumière
dans le soyeux infini

à chaque brin sa voix
versée à l’unisson
où la rosée écume

et au-delà, encore

(l’espérance est un acte de chair
une poussée contre la pierre
d’un front pulvérisé de nuages)

4 thoughts on “Vertige de l’herbe

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s