Le temps m’a manqué pour vous parler
des bouquets d’or et de bronze dont l’automne mûrissant emmitoufle la route du retour (lente reptation dans la campagne du Kent), dont la beauté m’ébahit au point qu’il me semble un jour avoir été projetée par un virage dans la seconde forêt du Bal des douze princesses,
ou encore des doigts gourds des élèves assis en rang d’oignon dans la grande salle d’examen aux cheminées surmontées d’une devise de marbre (Nisi Dominus frustra, Si l’Eternel ne [bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent] en vain, ps. 127), trop légèrement vêtus d’une chemise et d’un blazer à bordure pourpre, fronts pâles penchés sur les feuilles à carreaux, tandis que dans le parc la brume matinale érige ses colonnes d’insaisissable argent,
et surtout de cet étrange espace-temps dans lequel l’école se niche, préservée du monde extérieur par des hectares de bois et de prés, ceinture et armure de splendeur qui justifie les sommes exorbitantes déboursées par leurs parents (car enfin le chauffage ne marche nulle part et la nourriture de la cantine, bien que saine et fraîchement cuisinée, est servie en portions moins que congrues)
et de bien d’autres riens encore.

Photo 19-11-2019 08 45 52

Photo 19-11-2019 08 45 58

Par la porte vitrée de mon jardin, je regarde durant plusieurs semaines les hautes tiges des dahlias pétrifiées par le premier gel, sans trouver le temps de parcourir les quelques mètres qui m’en séparent. Le changement de rythme m’ébranle plus que prévu et je dois presser ferme sur le couvercle de la panique. A l’école française du samedi, où j’enseigne depuis sa création, on me fait comprendre que mes ambitions pour les élèves ne sont plus adéquates. Une mère se plaint que je fasse lire des histoires dans lequelles se trouvent des mots qu’elle n’emploie pas à la maison – et malgré la réponse polie dans laquelle je lui fais remarquer que mon rôle, et celui de l’école, est peut-être de faire découvrir aux enfants un au-delà de la maison, c’est moi qui dois changer. La pilule met quelque temps à passer. Nisi Dominus…

Hier enfin, je mets le pied dans le jardin. Je nettoie la petite mare ; à quelques centimètres sous la surface, un froid surprenant m’agrippe le bras. Je retrouve la patte qui manque à ma grenouille de plâtre depuis que le renard lui a fait boire la tasse. Surprise : des tiges noircies des dahlias, larges comme un poignet d’enfant, le sécateur fait jaillir une eau claire.

 

 

5 thoughts on “Etonnements

  1. ‘Love the words, Love the words!’ was Dylan Thomas’s call to the first cast of ‘Under Milk Wood’. Every word, in whatever language, that you give the children is a gift that they can spend and spend without loss. Keep up the good work!

    Will.

    Liked by 1 person

  2. Très symboliques dans le contexte, tes tiges de dahlias…
    Peut-être que la maman de cet élève a peur d’être dépassée par son propre enfant? C’est le monde à l’envers et je comprends ton désarroi, bon courage!

    Liked by 1 person

    1. Tiens, tu trouves, toi aussi ? Mais il faut comprendre le contexte, et les priorités de l’éducation anglaise qui sont assez différentes de celles auxquelles j’ai été habituée en France. Ce qui compte avant tout, ici, c’est le bien-être des élèves, mais au point où le moindre inconfort prend des proportions… Mon opinion est que cette promotion d’un apprentissage qui serait toujours ludique et n’exigerait aucun peine est un mensonge, que les compliments distribués sans discernement n’ont aucune valeur, et qu’un véritable encouragement consiste à aider à surmonter les obstacles, et non pas à prétendre qu’il n’en existe pas. Mais les choses sont complexes et je voudrais éviter de tomber dans une rigidité qui n’aurait rien à envier à la bêtise que je reproche à d’autres.

      Liked by 2 people

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s