Petits bourgeons du jour

*

Je gratte la surface
La surface me gratte
Dans les bons jours nous sommes
L’une à l’autre patiemment
Comme soeurs s’épouillant
Jouant des ongles et minutieuses
Telles la pluie

*

À la faveur du chant nocturne
Que l’on nomme silence
Une étoile
Penche sur moi
Le feu de l’interrogation

Or de réponse plus de trace
Toutes m’ayant de longtemps désertée

Mais sous la flamme je déploie
Dû aux patries qu’on sait perdues
Le lin blanc de la dévotion

*

Advertisements

Author: Frog

Writing and gardening between England, France, and an often-dreamt Mediterranean.

19 thoughts on “Petits bourgeons du jour”

        1. “La lumière de la langue”, merci, c’est beau ! Je crois qu’on lit comme on peut, avec ce que le jour nous a déposé sur les épaules. Je suis reconnaissante que vous ayez trouvé de la lumière dans ces derniers poèmes. Ce sont des poèmes de juin, peut-être est-ce la raison. 🙂

          Liked by 1 person

  1. Je te lis, sous la surface. Ce que j’entends résonne, jusqu’à ce silence que tu évoques ici. Il y a eu , à intervalles réguliers dans ma vie de mère, ces épisodes atones, lors desquels tout se taisait en moi parce que tout était accaparé par mes enfants et le poids des taches d’une vie surchargée. Je ne suis probablement pas loin de ce que tu traverses en ce moment, à nouveau. Mais je suis devenue plus endurante à la frustration que cela peut représenter, et sans doute plus capable d’aller m’assoir sous un arbre pour attendre ce qui est à venir. Car, à notre insu, ce silence nourrit la musique des mots et des réponses futures. L’âge m’aura appris ça, et j’ai un peu d’avance sur le tien pour te dire que prendre patience dans l’azur n’est pas une dessiccation fatale au talent. Les racines du tien prennent leur source suffisamment loin sous la surface pour renaître sans péril l’heure venue 🙂

    Liked by 1 person

    1. Merci Esther de ta gentillesse. Tes mots m’encouragent vraiment. Ton courage et la liberté avec laquelle tu reçois et pétris ce que la vie envoie m’inspirent. Je n’ai pas l’excuse d’avoir une vie surchargée, quand je vois ce que doivent faire les autres femmes autour de moi. Mais il ne sert à rien de battre sa coulpe en cette matière. Je vais venir m’asseoir sous l’arbre avec toi.

      Liked by 1 person

      1. Je t’y lirai quelques passages d'”Eloge de l’ombre”, de Junichirô Tanizaki. A moins que tu ne l’aies déjà dans ta bibliothèque ?

        Ecoute, déjà : “Car un laque décoré à la poudre d’or n’est pas fait pour être embrassé d’un seul coup d’oeil dans un endroit illuminé, mais pour être deviné dans un lieu obscur, dans une lueur diffuse qui, par instants, en révèle l’un ou l’autre détail, de telle sorte que, la majeure partie de son décor somptueux constamment caché dans l’ombre, il suscite des résonances inexprimables.

        De plus, la brillance de sa surface étincelante reflète, quand il est placé dans un lieu obscur, l’agitation de la flamme du luminaire, décelant ainsi le moindre courant d’air qui traverse de temps à autre la pièce la plus calme, et discrètement incite l’homme à la rêverie. N’étaient les objets de laque dans l’espace ombreux, ce monde de rêve à l’incertaine clarté que sécrètent chandelles ou lampes à huile, ce battement du pouls de la nuit que sont les clignotements de la flamme, perdraient à coup sûr une bonne part de leur fascination. Ainsi que de minces filets d’eau courant sur les nattes pour se rassembler en nappes stagnantes, les rayons de lumière sont captés, l’un ici, l’autre là, puis se propagent ténus, incertains et scintillants, tissant sur la trame de la nuit comme un damas fait de ces dessins à la poudre d’or.”

        Liked by 1 person

        1. Merci beaucoup pour ce superbe extrait! Je n’ai pas de Tanizaki chez moi mais l’Eloge de l’ombre est celui que j’aimerais lire parmi ses livres. Je vais le méditer. Apprendre les lueurs dans la pénombre est nouveau pour moi.

          Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s