Poems

Juniperus thurifera

Nulle trace de vent.
Le feu de l’été assiégeait de cigales le sentier des thurifères.
Chaque pas entêtait de rêves la feinte fugue des rochers et, par la plus infime anfractuosité puisant un souvenir d’eau, l’ami genévrier distillait la lumière
comme lui toujours jeune –
car l’Eternel lui fit la promesse d’infuser son humble bois de paradis.

L’âme accolée, doigt contre écorce et la bouche embaumée, nous auscultions nos désirs de sagesse. Au promeneur qui par le soleil des pentes délabrées eût égaré l’oreille, notre dialogue sans doute eût chanté un doux air d’après-vin ou bien d’insolation.

A ma voix se balançait le silence de l’arbre.

Depuis, bien qu’écartelés de cieux contraires, nous coïncidons comme style et cadran au fronton de midi : il donne son parfum et moi juste de quoi, par-dessus l’empan de l’exil, en étirer la joie.

Juniperus_thurifera_africana_Imlil_3


Source de l’image (un genévrier thurifère du Maroc)

7 thoughts on “Juniperus thurifera

      1. Je vois, je comprends. Le Sud est dans tes mots si vif que cela t’aide peut-être à supporter l’empan de ton exil (?)
        Moi je veux l’océan et les grands vents. Du sel et la bruyère. Ou bien le sud aussi.
        Bref ailleurs. ( hem 🤔)

        Liked by 2 people

  1. J’ai découvert ce texte hier soir,
    il est éblouissant, et vient bousculer monsieur “Hiver”
    C’est comme si le printemps pouvait attendre et laisser place nette à sieur été.
    Je cherchais presque l’ombre, ton récit fait du bien
    Merci

    Liked by 2 people

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s