Voici Janvier

 

Voici janvier le merle est fou
Ayant trop tôt saigné l’épine
De toute braise nourricière
Voici janvier au ventre creux

Et sous le gui la grive songe
Parfait blason du peuplier
Dans sa livrée de solitude
L’hiver suffit à la beauté

Mais la terre appelle le ciel
A grands signes de branches noires
Et il s’en vient, de loin, perclus

D’épaves et d’espoirs. Et nous
Fouillant le limon de ses rêves
Guettons l’orient des migrations

 

 

 

Advertisements

Author: Frog

Writing and gardening between England, France, and an often-dreamt Mediterranean.

16 thoughts on “Voici Janvier”

  1. je plussoie Clémentine et Esther, et j’ajoute que les phrases claquent avec une évidence magique, un peu comme celles des comptines populaires, polies et affinées par des siècles d’usage.
    Et puis, paresseux, je joue à ne lire que les moitiés de strophes, et ça sonne toujours :

    “Voici janvier le merle est fou
    Ayant trop tôt saigné l’épine

    Et sous le gui la grive songe
    Parfait blason du peuplier

    Mais la terre appelle le ciel
    A grands signes de branches noires

    D’épaves et d’espoirs. Et nous
    Fouillant le limon de ses rêves.”

    voire, juste les amorces :

    “Voici janvier le merle est fou
    Et sous le gui la grive songe
    Mais la terre appelle le ciel
    D’épaves et d’espoirs. Et nous”.

    et le miracle résonne encore !

    Liked by 2 people

    1. Ah, merci Carnets ! 😀 Dis donc, je ne pense jamais à faire ce genre d’expérience, c’est drôlement amusant et étonnamment instructif ! On pourrait dire aussi qu’alors, il y a bien du surplus dans ce poème, haha ! Pourtant j’ai eu du mal à faire tenir ma tendance bavarde dans les 14 vers. 🙂
      Ton compliment me fait très plaisir. Merci !

      Liked by 1 person

      1. Je fais ça souvent avec mes propres textes, parce que je doute toujours du bon ordre et de l’importance de mes phrases 😦
        Mais c’est plutôt un test pour pièce détachée, au bout du compte c’est l’ensemble qui compte, et là, tes 14 vers sont indispensables et indissociables 🙂
        Si on jouait à réunir les 2e, 3e ou 4e vers, ça donnerait des choses étonnantes aussi

        Liked by 1 person

        1. Ah oui ! En trichant un peu (3èmes vers et 2ème), j’aime celui-ci :
          De toute braise nourricière
          Dans sa livrée de solitude
          Il s’en vient de loin, perclus,
          Fouillant le limon de ses rêves.

          Oui, c’est étonnant comme la pensée (la mienne en tout cas), ne chemine pas de manière logique, et je suis souvent obligée de déplacer des paragraphes entiers dans mes tentatives romanesques, pour rendre le flux intelligible. 🙂

          Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s