Ensemble (II)

 

Inconnaissante
Comme le vide au cœur du bois
Qui ne se peuple que sous l’archet
J’appartiens au hasard des rencontres

Ma conscience est de passage

Que l’onde entre deux brumes la fende
D’un arbre qui s’étoile
Ou l’aile entre deux eaux
D’un oiseau noir – c’est-à-dire blanc –
Sonnant l’appel
Comme l’herbe parmi la patience des pierres

Elle s’écale

Sur le pavé des villes
Comme au creux des chemins où les heures balancent
La mantille du ciel
Ensemble nous sentons

Ensemble consentons
La source dans le fleuve (où s’abreuve le temps)
Le merle dans le fruit (où transmute la vie)
Et du platane en voyage
L’écorce en mon extase

L’amour nous tient ensemble
Comme sur la harpe de l’incarnation
Les cordes d’un même instant

 


 

Advertisements

4 thoughts on “Ensemble (II)

  1. Je ne sais exactement que dire, si ce n’est que ce poème est beau, et surtout, que tu donnes voix à quelque chose, cette harmonie, que j’ai toujours sentie et qui me fait monter les larmes à chaque fois que j’en suis saisie (nous en avions parlé) – cela même qui enchante le rapport au monde, et que je n’ai jamais réussi à dire (j’essayais d’en parler lors d’une randonnée récemment, et je n’étais visiblement pas claire – il faut la poésie pour les vérités profondes habillées de mystère). Merci pour ces mots trouvés et si beaux.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s