Solstice


Ainsi qu’il me fut dit
Je dirai le chemin

Au sommet du cap bleu si l’olivier-mémoire
Tremble d’être saisi
N’y lis que le désir

Empoigne sec ta soif et le vide en ton ventre
Agrippe tes semelles à la voie sacrée
Marche clair

Sous le tympan aigu de la Maison du Lion
On ne peut s’y tromper
Même les yeux ouverts saignant de trop d’été
Et quand tu y seras

Pointe précisément ton berceau dans le ciel
Le reflet vertical de ta première entaille
Du nadir de l’amour au zénith de l’exil
Étarque chaque ligne

Dans l’axe de midi qu’elle chante sa note

Au feu de la patience il faut tremper tes os
Tiens bon. Laisse fondre le reste

Juste avant que le vent
N’éteigne de la soif l’infime incandescence

Rassemble et ouvre grand

L’instant viendra de boire à la face éclipsée
D’un millier de Soleils


Advertisements

25 thoughts on “Solstice

  1. “Empoigne sec ta soif et le vide en ton ventre
    Agrippe tes semelles à la voie sacrée
    Marche clair”
    Marche clair, marche clair, mais c’est exactement ça ! Et aussi “Au feu de la patience il faut tremper tes os” où l’on sent le vécu 😉
    Merci Mlle Exactement.

    Liked by 1 person

      1. J’aime beaucoup ce Vécu-en-Imagination que je trouve assez cousin (d’une branche de plus d’allure et de prestance) de mon Et-Si ?
        Au fait, y a-t-il seulement un autre vécu (excepté le morne quotidien qui mange dort et range le linge ?)

        Liked by 1 person

        1. Disons Vécu-Parallèle, Vécu-Concomitant. Je suis d’accord, nous sommes des narrations multiples. Et celle du morne quotidien n’est pas celle qui reste en mémoire, pas vrai ?

          Liked by 1 person

              1. D’abord, comme toujours, ce poème est superbe, profond, exact et mystérieux à la fois, comme venu de profond dans un souffle irrépressible. Comment fais-tu? Cette voix, qui est la tienne, est autre encore que lors de ta prose.
                Le quotidien qui plie le ligne… Je suis sûre qu’à bien y regarder, il y a tant à y voir. Rien n’est morne que ce que l’on voit morne, non? M. Paresseux, nous attendons donc (puisqu’il est impossible ici d’exiger 😉 ) un morceau de quotidien!

                Liked by 1 person

                1. D’abord, merci Clémentine ! Je te dis merci mais j’ai l’impression de remercier au nom d’autre chose. Je sens ce souffle dont tu parles et il me semble venir d’ailleurs –
                  j’écris sous la dictée (Carnets dirait que ça fait très pose d’artiste qui traîne dans télérama, et il aurait raison, mais qu’y faire si c’est ce qu’on ressent).
                  Tu as raison pour le quotidien. Quand tu parles du bain des enfants, par exemple, le quotidien s’enchante. Ca me rappelle Thérèse de Lisieux qui entreprit de ramasser des épingles (je crois que c’était des épingles) avec amour. En même temps, je ferais mieux de faire mes cartons, et si je le fais sans colère ce sera déjà ça. Sigh.

                  Liked by 1 person

                  1. Imagine que tu mets tous vos trésors d’amour dans des coffres, que vos choses portent en elles votre unité. Comme Thérèse de Lisieux, tu pourrais faire tes cartons avec reconnaissance…(Ok ok, je fais ce que je peux pour rendre plus glamour ce truc vraiment, vraiment pénible!)
                    Par contre, ce j’ai toujours aimé, c’est la nouvelle maison vide, jonchés de cartons entrouverts. Tous les possibles sont là, il n’y qu’à inventer. Voilà peut-être, la solution, faire les cartons en pensant à cet instant là, qui est une chance donnée de créer.

                    Liked by 1 person

                    1. C’est vrai ! Mais là nous rentrons dans notre maison de Canterbury. Enfin c’est quand même du nouveau. Tu es gentille de me soutenir ! 🙂

                      Liked by 1 person

                    2. Mais oui, une maison peut en cacher une autre! 😉
                      (as tu reçu mon dernier mail? Je ne te presse pas de répondre – je comprends bien que ton temps est particulièrement occupé ces temps-ci – seulement je sais que certains mails ne partent pas, j’ignore pourquoi…)

                      Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s