Variations sur une peau irlandaise (haïkus pour Jay)

99f3d01c651b9ee380a8b5ff89d5fa61 cropped 4

Quitte les côtes d’Erin
Offre-toi ami
A ma plume aimante

Sois mon personnage
Prête ton visage
Que j’y lève un paysage

Tendre peau où glissent
Moires d’ombre et de lumière
Les landes d’Irlande

Ta peau est un jaspe
Où se mirent les nuages
Venus du Ponant

Du front au menton
Neuf cent sept taches de son
Impacts de rayons

Au ciel dérobées
Les semences du Soleil
Fécondent ta peau

D’un doigt minutieux
Des archipels sur ton front
Je suis les rivages

Myriades d’îles
Où naviguent à l’aveugle
Des baisers nocturnes

(Ciel, sont-ce des rimes ?
Les mètres sont à l’envers !
Qu’elle aille au bûcher !)

Advertisements

11 thoughts on “Variations sur une peau irlandaise (haïkus pour Jay)

  1. Les rimes et la métriques s’effacent d’eux-mêmes sous les mots amoureux. Voilà un homme aimé, et magnifiquement célébré!
    Pour le bûcher brûle, il faut un cœur sec. Le votre est bien trop tendre, vos vers sont bien trop beaux: le feu ne prendrait pas.

    Liked by 1 person

  2. A chaque haïku, c’est comme un voyage. Tu sèmes joliment l’amour 🙂
    (pardon pour le tu mais j’ai beaucoup de mal avec le vous)

    Liked by 1 person

  3. J’adore leur tendresse charnelle et leur “simplicité” (je veux dire qu’en les lisant, ils me parlent de suite; aucune opacité). Tu ne fais pas si souvent des poèmes sur des êtres humains!

    Like

    1. Ma Nanou ! Quelle jolie surprise !
      Ah bon ? Pourtant ce sont presque toujours des poèmes d’amour… Veux-tu dire, adressés à une personne en particulier ? Jay est ici autant un paysage qu’un homme. Mais cette peau, cette peau, on en mangerait matin, midi et soir.

      Like

  4. Bien sûr que tu parles souvent d’amour, même lorsqu’il s’agit d’un jonc, ou du chemin de l’école, de ton jardin, ou du cerisier de Claire… Mais ces haïkus-là pour cet homme-là ont un ton différent, l’amour y est sans violence ni souffrance. Quant au jeu de miroirs entre le personnage et son pays, je trouve ça justement merveilleusement écrit!

    Like

    1. Tu as raison, les derniers haïkus parlaient d’une séparation et le poème d’avant-hier de mort. Je crois qu’ici, l’amour paisible et heureux est venu à cause du beau sourire (je t’enverrai la photo non coupée). Les taches de rousseur sont un signe associé à l’enfance, la juvénilité, la joie. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi certain(e)s qui ont reçu cette bénédiction tentent de la faire disparaître à grand renforts d’onguents et de cochonneries. Demain je retrouve mon mari, autant dire que je vais observer de près les effets de la Grèce sur sa peau britannique ! 🙂 En parlant d’Irlande je pensais aussi à toi, à la Bretagne.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s