Aujourd’hui sur ma table

(En lisant Le Lanceur de dés)

Aujourd’hui sur ma table
des vers de Mahmoud Darwich :
quelques lignes tracées à la lisière du crépuscule
par la main qui lance le dé.

C’est la voix étonnée des confins
récapitulant un long chemin
un chant du cygne re-nouveau-né
pistant comme on poursuit l’étoile
dans le louvoiement de l’exil,
sous les lunes de l’enfance,
de prisons en jardins, de surprise en survie,
la chance ou la coïncidence.

Et sur sa langue voyagent les phosphènes de l’amour :
oliviers, lacs, déserts,
révoltes et colères,
Terre Sainte et maudite,
Palestine contredite
sous les balles et le vent, chance du voyageur

Et maintenant
comment s’ôter de la chair cette flèche? Par où tirer ?

Pure saignée,
insaisissable empennage d’hirondelles ;
l’encoche même s’est envolée, déjà restituée au ciel,
m’ajourant au mitan du diaphragme
d’un inexhaustible désir pour
des patries de mots absolus.

Poète qui pouvais ne pas être,
tu fus

Advertisements

Author: Frog

French and Vietnamese, living between England, France, and an often-dreamt Mediterranean, where my heart dwells.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s