Constellations

*

Dans ton enfance il y avait des noms dans les étoiles
La nuit épelait les destins
De frères et de familiers
Et tout là haut attelée à ton cœur berçait
La mémoire des mondes
Nacelle délestée au point de la blessure
Fidèle dans la chute inexorable

Or la lumière diminue à la lisière des yeux
Et pour atteindre le feu
Tant d’opacité à traverser
Qu’il faut à d’autres adieux réserver
L’inépuisable tarissement de nos larmes
Tant d’épaisseurs de cendre et de renoncements
– Fille, à quoi bon la peine de les dire

*

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s