Au temps des magnolias

Au temps des magnolias que devient mon jardin
Hellébores enchantées, jonquilles, jacinthes
Au sortir de la terre gorgée de sommeil
Mûrissant dans sa nuit le long désir patient
Êtes-vous comme ici bien trop tôt épuisées
Point de neige en novembre et des fleurs en janvier
L’hiver pour d’autres cieux nous aurait délaissés

Au temps des magnolias comme je me languis
Du baiser sur mes doigts de l’argile obstinée
Assoiffée entêtée mais si dense et puissante
Oubliez donc la fourche, épanchez des offrandes
Tout viendra en son temps. C’est à la main patiente
Que s’offrira peut-être en son insignifiance
La part d’éternité de ce lopin de pluie

Et bientôt et trop loin
L’érable au nom de lune
Allumant à la brune
Ses feuilles clairs fanaux

Advertisements

One thought on “Au temps des magnolias

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s