Si tu reviens

Il est tard, l’ombre vient. Mon esprit vagabonde
J’écoute une chanson. Et soudain, je te vois
Jeune dieu se levant sur le monde assombri
Astre double à ton astre jumeau étranger

Frère à l’âme brisée, égaré de toi-même
Qui sais mieux que quiconque le chant de l’exil
Te souviens-tu ce soir de ma voix, de ma main
Souviens-toi, je t’aimais, et n’osais te le dire

Je revois la prison au pied de la falaise
Gardée de toutes parts de vagues mugissantes
Où tu voulus sceller le désir de puissance
L’envers de ton visage – avant qu’il t’engloutît

Je revois du péché la blafarde souillure
Sur tes lèvres amères autrefois si pures…
Dans la nuit où elle erre en mal de ses racines
Mon âme te désire et lentement se creuse

Sur mes ténèbres que s’illumine ta face
Dans mon absence que renaisse ta présence
Et qu’au creux de ma faim se donne ton regard
De loin en loin si proche – oh, je te le promets

Tout sera renoué, toutes choses nouvelles,
Comme houle naissante, écume du matin
Percée de la saison, tache d’encre de l’aube…
Saga, de tes lointains, Saga, si tu reviens

 

Photo Kuno Lechner

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s