Spoken

Two weeks ago, and after many years, I started writing a diary again. Managed one entry so far. It might well stay alone, next to the shelf-full of my younger years' recordings. Yet it was nice to write on paper again, in turquoise blue ink. I was a bit surprised the words came out in…

Insignifiance

je vis sous l’aile transparentede l’insignifiancesous son manteau de feuilles au ventinvisible qui vais au grand jourmuette en mes paroles sourdesignorante ignorée dans ma nuit s’efforce l’étoilement patientd’une confiance qui ne m’appartient paset néanmoins m’enserre(chuchote, flamme de mes os)comme un souffle venu du ventre de la terrequi fait vieillir l’hiver je vis sous le voile…

Vertige de l’herbe

Marcher : cette houlecreux après creuxcrête après crêtesur les reins de l’élanà chaque souffle son trébuchementà chaque chute son étonnement une cambrureet puis la résurgence et de l’œil jusqu'à demainla flèche le filinoù se suspend l’instant (la foi est une incantation infime)d’espace en espace conquis et renoncéincessamment s’avancentfront après front de verdeurà chaque brin, le rêve de sa frange de lumièredans…

Apparences

"Je ne cherche pas l'essor, l'oubli, la grâce, je sais qu'ils me sont impossibles. Et d'ailleurs je ne le voudrais pas. L'ange me fait peur. Non, je cherche la présence et le poids, ou plus exactement la présence me cherche, le poids me trouve, le poids sur moi de la lumière comme un mur, la…

Un cadeau de Cadou

Aujourd'hui, je fouillais mon Cadou pour trouver un poème à étudier avec Hana - notre anniversaire, pas sans poésie. Noté celui-ci et recopié celui-là, crochetée au passage par une cadence ou une image qui, à la relecture (mais sait-on lire quand on manque autant de sommeil), s'est déjà ternie. Alors j'ai donné congé à mes…

Hana

Dans quelques jours, une poignée de battements de coeur, nous aurons, toi dix-huit ans, et moi quarante. Comme la vie va ! Sur la photo du lycée, tu te tiens avec une grâce sereine au milieu des garçons, seule fille à avoir pris part à un stage pointu d'ingénierie visant à étudier la faisabilité d'une…

De Tony à Frankie

Mystérieuse circulation des sensations dans et par les mots. Il y a Tony qui a dû évacuer sa maison de la vallée de Santa Clara à cause des incendies qui ravagent la Californie, et qui partage une image du ciel étouffé de fumées, entre les arbres et les cables électriques. Je lui écris de prendre…

Poisson à plumes (2)

Exploration continuée (ai abandonné toute pudeur, tant pis). Dans la typologie de Jung que m'a fait découvrir Joséphine, la sensation semble être abordée comme un accès privilégié au réel dans sa forme la plus concrète, aux détails de la matière, à sa disposition dans l'espace, sa texture, etc. C'est une faculté de perception mais aussi…

Notes d’un poisson à plumes

Ton profil psychologique, selon la typologie de Jung*, si l'on va de la faculté dominante à la faculté inférieure, est tel que suit : sensation introvertie (de l'extérieur vers l'intérieur), puis sentiment (peut-être), puis pensée, puis intuition extravertie (de l'intérieur vers l'extérieur). Exploration. Tu n'es pas un penseur, par conséquent la pensée te fascine. Elle…

Le voyage de Kanako (5)

Un vase débordant d’hortensias bleus trône au centre de la table basse où la vieille Setsuko donne son goûter à Ryo. Pour compléter leur inodore présence, une coupelle remplie de billes de bois de santal est posée à côté. Kanako se met sur la pointe des pieds pour ne pas se prendre la hanche au…

Le Voyage de Kanako (4)

"Kanako, viens voir un peu par ici !" Elle décapsule, verse et s’incline auprès des trois ouvriers de la table huit, puis se retourne. Le poing sur la hanche, la mine importante, le patron la convoque à la table de Bouton de nacre et Pantalon de lin. Elle s’essuie les mains dans son tablier, rentre…

Le voyage de Kanako (3)

« Kanako ! Madame Tête-en-l’air ! Ma parole, c’est à se demander si c’est l’ouïe ou le cerveau ! »Kanako se retourne et s’empresse de venir éponger la table. Pour la forme : la graisse et la sueur y ont élu domicile depuis bien trop longtemps. Le couple qui patiente devant a le sourire crispé…

Cigales nocturnes

  Éteins ce chant Trop intérieur et trop lointain Éteins ce chant Je ne peux plus Entrer dans la nuit des cigales - Le temps déjà était né Me semble-t-il Tout juste Et comptait sur ses doigts Debout dans le vertige étoilé de la nuit Des galaxies aux cils - Sur mon âme la pluie…

Le voyage de Kanako (2)

Qu’une rencontre de hasard et une histoire somme toute si brève puisse ainsi bouleverser le cours d’une vie, quand elle y songe, voilà qui demeure un sujet de stupéfaction. Elle ignore si l’idée d’un lendemain a jamais effleuré le jeune homme en qui elle peine encore à reconnaître le père de Ryo. De son côté,…

Last day

That's it. It's done. This was my last day working for the school. I can't complain, my contract was extended to cover the whole school year when I should have stopped at Easter. I was already on borrowed time. It hurts. Back in France, in my previous life, I jumped through the hoops of an…

Birthday boy

Last minutes of his eleventh birthday. I am not quite sure why I feel the need to write this tonight. He has always been his own little person. His English grandparents said of him, when he was a toddler, that he had his own agenda. Yet he was not really stubborn - on the contrary,…

Le voyage de Kanako (1)

Chaleur humide. Quelques mouches font une ronde bruyante sous le plafonnier. Les doigts et les cuillers adhèrent aux toiles cirées. Chacun porte sur la lèvre supérieure et le bombé du front le baiser luisant de l'été. Kanako a passé la nuit à se retourner dans ses draps, poursuivie par l'empreinte moite de son corps. Le…

Cloud garden

I have wanted to write for weeks, but lacked time or mental disponibility. Yet, now I am here, I can't remember any of the things which were burning my fingertips. Writing in English this evening feels like learning ice-skating: a graceless muscle-wringing exercise, where not falling flat on the face is the best one can…

Shodo 1 – portrait

Divagation après le premier cours de calligraphie (absence manifeste de talent, deux mains gauches). Le visage que renvoie l'écran, pris dans la masse, sourire et paupières fatigués et bouffis, dérangeants, étrangers, réduit-il au mensonge le visage qui m'advient quand j'écris, c'est-à-dire le visage que projette la tension d'écrire sur l'envers de ma face précis, fuselé…